Étape 5 : Le dépouillement et les résultats

Après la fermeture des bureaux de vote, il faut compter les bulletins de vote pour découvrir quel candidat a remporté l’élection. Pendant ce temps, les portes du bureau de vote sont verrouillées : personne n’est autorisé à entrer ou sortir tant que le compte n’est pas terminé.

  • Tout d’abord, les fonctionnaires électoraux ouvrent les urnes et comptent les bulletins.
  • Ensuite, les fonctionnaires électoraux indique le nombre de votes exprimés en faveur de chaque candidat sur un Relevé du scrutin, ainsi que le nombre de bulletins de vote rejetés.
  • Enfin, les bulletins et les autres documents électoraux sont placés dans l’urne, laquelle est alors scellée et livrée au directeur du scrutin.

En règle générale, le dépouillement permet de déterminer très clairement qui est élu. Toutefois, il arrive que les résultats soient serrés, voire à égalité. Les bulletins de vote doivent alors être recomptés lors d’un dépouillement judiciaire. Par exemple, dans une circonscription comptant 40 000 votes, un dépouillement judiciaire serait nécessaire si le nombre de voix séparant le candidat élu de tout autre candidat était inférieur à 40. Ce type de dépouillement est présidé par un juge.

Pour certains Canadiens, la partie la plus excitante du processus électoral est l’annonce des résultats.

  • Le soir de l’élection, après la fermeture des bureaux de vote, on annonce les résultats préliminaires et on les publie sur le site Web d’Élections Canada au fur et à mesure.
  • Ces résultats sont partagés par certains médias, comme les stations de télévision, les journaux et les médias sociaux.
  • Chaque directeur du scrutin valide les résultats et les transmet ensuite aux candidats.

Le saviez-vous? Le système électoral du Canada est un « système majoritaire uninominal à un tour », c’est-à-dire que le candidat élu est celui qui recueille le plus de votes.

 

Étape 6 : La reprise du Parlement >