Enseigner « Élections en chiffres » - Vidéo description

Bonjour, je m’appelle Joseph Péloquin-Hopfner. Je suis coordonnateur en éducation à Élections Canada. Dans cette vidéo, je vais vous montrer comment vous pouvez enseigner « Élections en chiffres ».

Comment le vote des jeunes se compare à celui des autres groupes d’âge? C’est la question d’enquête de la leçon Élections en chiffres. Les élèves travaillent ensemble pour interpréter et communiquer des données sur la participation électorale.

On commence avec la réflexion, la première partie de notre structure à trois étapes. Cette réflexion de 5 minutes aide les élèves à créer des liens entre leurs propres expériences et l’idée clé-de la leçon. 

Dans cette activité, les élèves réfléchissent à différentes tendances de la société. Vous pouvez mener une discussion en classe en posant ces questions.

Les élèves ont souvent quelques idées de tendances comme la mode, la musique, les jeux, la technologie, et bien d’autres. Pour que tout le monde participe, vous pouvez les inviter d’abord à partager leurs idées en paire. Comme ça, on s’assure que toutes les voix se fassent entendre, qu’ils choisissent ou non de partager ouvertement avec toute la classe.

Après qu’ils aient réfléchit un peu sur les tendances, vous pouvez aborder les tendances liées au vote, et écouter leurs idées.

Une fois qu’ils ont discuté de ces nouvelles questions, vous pouvez passer à la portion activité de la leçon, et commencer l’analyse d’un graphique. Bien que ce graphique puisse paraître assez simple, il comprend beaucoup de matière à discussion. Par exemple, dans le graphique, on observe que les élections qui comptaient le plus haut taux de participation étaient en 1900 et en 1960, et la participation la plus basse était aux débuts des années 2000.

En travaillant en petits groupes, les élèves peuvent tirer beaucoup d’information de ce graphique. Vous connaissez vos élèves et les objectifs d’apprentissage, cela devrait vous aider à guider les discussions. 

Après l’analyse du graphique, il est temps de passer à l’activité principale. Donnez à chaque groupe le matériel nécessaire. Si vous avez commandé cette ressource, votre trousse comprend tout ce que vous faut pour faire les photocopies. Sinon, vous pouvez télécharger et imprimer le matériel à partir de notre site web. 

Demandez à vos élèves d’analyser les données en premier lieu. Ils doivent ensuite déterminer une façon de les représenter visuellement pour répondre à la question d’enquête. Pour qu’ils aient assez de temps pour bien approfondir cette activité, on recommande une durée d’une demi-heure. C’est important de les laisser discuter et travailler pour bien comprendre les données.

Cela peut prendre un peu de temps avant qu’ils commencent à écrire ou à dessiner quoi que ce soit, mais si vous les écoutez attentivement sans intervenir, vous verrez qu’ils sont au cœur de leurs réflexions. C’est un bon moment pour les observer et évaluer leurs capacités de communication et leur esprit de collaboration. Si vous voulez quelques suggestions de critères d’évaluation, notre leçon comprend une grille d’évaluation qui pourrait vous être utile.

Les élèves peuvent illustrer n’importe quelle représentation, c’est selon vos objectifs pédagogiques. Votre programme d’enseignement devient donc le guide. Cette activité est aussi très souple, ce qui fait qu’elle est pertinente pour plusieurs domaines d’études. Dans un cours de mathématiques, les élèves peuvent travailler les représentations graphiques avec des données réelles. Dans les cours de langue, vous pouvez vous concentrer sur la compréhension des infographies et leur interprétation. Bien sûr, cette leçon est pertinente pour n’importe quel cours visant à développer les compétences en numératie et en littératie.

Bref, le but ici est que les élèves créent un concept, non pas une version peaufinée du graphique. Un chronomètre peut être utile pour se rappeler respecter cet objectif et aider les élèves à travailler avec une limite de temps. 

Une fois que les groupes sont prêts, vous pouvez passer à la consolidation de la leçon.

Chaque groupe d’élèves peut partager son travail. Pour débuter la discussion, vous pouvez leur poser ces questions.

On peut inviter les élèves à présenter leur travail de plusieurs façons. Par exemple, le carrousel est une formule simple. Dans cette formule, un élève par groupe reste à sa station pour présenter le travail alors que les autres se promènent pour observer le travail de leurs pairs. À la fin, ils retournent à leur place pour discuter de ce qu’ils ont appris. Cette formule responsabilise les élèves envers leur apprentissage ainsi que de celui de leurs camarades, tout en donnant la chance à toutes les voix de se faire entendre.

On peut finir la leçon avec une fiche de suivi.

Bien sûr, il existe d’autres façons d’enrichir la leçon, les élèves peuvent prendre le temps de peaufiner l’infographie. Pour les élèves en math avancés, ils peuvent analyser plus d’échantillons de données tirés du site web d’Élections Canada. 

La polyvalence fait la beauté de cette leçon. Je suis toujours impressionné de voir à quel point les élèves sont créatifs. Je trouve que c’est difficile de ne pas les aider pendant le remue-méninge, mais c’est important de les laisser à eux-mêmes pour qu’ils développent leur débrouillardise. C’est dans ces moments que l’apprentissage est le plus fructueux.

Une fois terminée, n’oubliez pas de partager votre expérience et vos photos avec nous sur nos comptes Twitter et Facebook!