Étude de cas 1 : Canadiens d'origine japonaise [langage simplifié]

Carte contextuelle

 

Photographie en noir et blanc de quatre jeunes femmes japonaises se tenant par les épaules devant un camp d’internement, avec des montagnes en arrière-plan.
Source : CWM 20150279-001_p21, George Metcalf Archival Collection, Canadian War Museum

Les premiers immigrants d’origine japonaise arrivent au Canada dans les années 1870. La majorité d’entre eux s’installent en Colombie-Britannique et vivent de pêche, d’agriculture et de commerce. Le racisme envers les Asiatiques pousse le gouvernement de la Colombie Britannique à enlever le droit de vote aux Canadiens d’origine japonaise. Cela leur interdit aussi de voter aux élections fédérales. 

Durant la Deuxième Guerre mondiale (1939-1945), le Canada est en guerre contre le Japon. Les Canadiens d’origine japonaise ont encore moins de droits démocratiques. Puisqu’on les voit comme des menaces pour la sécurité, on les déplace loin de la côte du Pacifique. On leur enlève aussi leur droit de vote aux élections fédérales, peu importe leur province de résidence. Ce n’est qu’en 1948 que les Canadiens d’origine japonaise obtiennent enfin le droit de voter aux élections provinciales et fédérales.

Au cours des années suivantes, les Canadiens d’origine japonaise continuent à réclamer des excuses. Ils en obtiennent finalement en 1988, lorsque le gouvernement fédéral présente des excuses officielles pour les injustices commises dans le passé.

 

Cartes d'activité

1871

Photographie en noir et blanc de cinq membres d’une famille japonaise en tenue traditionnelle. Un homme plus âgé est assis au milieu, entouré de deux enfants.
Source : Image C-07918, avec l’autorisation de Royal BC Museum and Archives

La Colombie-Britannique se joint à la Confédération.  Une minorité de Canadiens d’origine japonaise fait maintenant partie de la population canadienne. Ils ont le droit de voter aux élections provinciales et fédérales, mais seulement s’ils: 

  • sont des hommes,
  • âgés d’au moins 21 ans, et
  • possèdent une propriété.

1895

Photographie en noir et blanc d’un homme japonais assis à côté de ses deux jeunes enfants.
Source : Collection de photographies originales du Japanese Canadian Cultural Centre, 2001.4.119

À cause des mentalités racistes de l’époque au sein de la population, le gouvernement de la Colombie-Britannique passe une loi qui interdit aux Canadiens d’origine japonaise de voter aux élections provinciales.

1900

Plan taille en noir et blanc d’un homme japonais moustachu tenant un chapeau dans ses mains.
Source : Collection de Yoshimaru Abe, Nikkei National Museum, 2013.54.4

Tomekichi Homma défend le droit de vote en Colombie Britannique. Il porte sa cause jusqu'à la Cour suprême du Canada et réussit à la gagner. Toutefois, la décision de la Cour est ensuite rejetée par l’Angleterre. Donc, il ne réussit pas.

1917

Photographie en noir et blanc de deux hommes japonais en uniforme militaire tenant deux fusils à leur côté. Un homme est debout et l’autre s’appuie sur un genou devant lui.
Source : Collection de Masumi Mitsui, Nikkei National Museum, 2014.10.1.10

Durant la Première Guerre mondiale, des Canadiens d’origine japonaise se joignent à l’armée canadienne.  Les soldats et tous les militaires canadiens peuvent voter à l’élection de 1917.

1920

Photographie en noir et blanc du profil du premier ministre Robert Borden.
Source : William James Topley, Bibliothèque et Archives Canada, PA-028129

Le gouvernement du premier ministre Robert Borden adopte une nouvelle loi électorale fédérale. Elle dit que si une province empêche certaines personnes de voter en raison de leur race, ces personnes ne peuvent pas voter non plus aux élections fédérales. Les Canadiens d’origine japonaise de la Colombie Britannique perdent leur droit de voter aux élections fédérales.

1936

Photographie en noir et blanc d’un groupe de quatre femmes et hommes japonais debout sur les marches du Parlement.
Source : Collection d’Isami (Sam) Okamoto, Nikkei National Museum, 2000.14.1.1.1

Des membres de la Japanese Canadian Citizens League (ligue des citoyens canadiens d’origine japonaise) se rendent à la Chambre des communes pour demander le droit de vote. Le premier ministre Mackenzie King répond qu’il ne savait pas qu’ils voulaient avoir le droit de vote.

La ligue présente sa cause devant un comité spécial. Toutefois, elle ne réussit pas à obtenir le droit de vote aux élections fédérales pour les Canadiens d’origine japonaise.

 

1941

Photographie en noir et blanc d’un grand groupe de personnes de tous âges embarquant à l’arrière d’un camion avec leurs bagages. Une longue file attend aussi derrière une barrière de corde.
Source : Tak Toyota, Bibliothèque et Archives Canada, C-046350

Après l’attaque de Pearl Harbor par les Japonais le 7 décembre 1941, le Canada déclare la guerre au Japon. Les Canadiens d’origine japonaise sont vus comme une menace pour la sécurité, et le racisme s’intensifie. 

Douze semaines après l’attaque, le gouvernement du Canada ordonne que tous les Canadiens d’origine japonaise soient déplacés loin des côtes de la Colombie Britannique et enfermés dans des camps sous surveillance.

1948

Photograph of a Japanese woman casting her ballot in a polling station.
Source : Collection Canadian Centennial, Nikkei National Museum, 2010.23.2.4.666

Après la Deuxième Guerre mondiale, le Parlement redonne aux Canadiens d’origine japonaise le droit de voter aux élections fédérales. 

1988

Le premier ministre Brian Mulroney signe un document officiel.
Source : La Presse Canadienne/Ron Poling

Le gouvernement canadien présente des excuses officielles aux Canadiens d’origine japonaise pour avoir violé leurs droits civils et démocratiques. Ici, le premier ministre Brian Mulroney signe les excuses, sous le regard d’Art Miki, président de la National Association of Japanese Canadians.